Les escaliers urbains entre oubli et réappropriation – étude comparative avec les percées d’Alger

Résumé

Les escaliers publics, qu’ils soient urbains ou ruraux, sont construits dans les  espaces escarpés et à  nivelés variables. Ils servent de raccourcis pour les hommes et les bêtes, relient les maisons entre elles, permettent d’accéder à la route. A leur rôle de passages se greffent différentes fonctions selon leur emplacement et / ou leur utilisation. Ils peuvent être facilitateurs d’échanges commerciaux, lieux de rencontres ou espaces de créations d’activités sociales, cultuelles ou culturelles.

 

Beyrouth est une ville à dénivelés et certains de ses quartiers sont reliés entre eux par des escaliers. La transformation actuelle de la ville de Beyrouth par le percement de tunnels, la construction de ponts, la frénésie de la destruction des vieilles maisons et anciens immeubles de la ville qui cèdent leur place à des tours et des bâtiments dignes d’une cité bien pressée d’appartenir à la modernité du XXIe siècle feraient craindre la disparition de certains de ses lieux de passages.

 

Ces escaliers ont intéressé architectes, urbanistes et autres chercheurs; des relevés et des descriptions en ont été faits, certains ont subi des restaurations ou des tentatives d’enjolivement, mais leurs histoires porteuses d’une bonne part de la mémoire de leurs riverains restent à découvrir.

Coordination

Houda Kassatly

Partenaires

Majal – ALBA

Aménagement touristique et culturel - département de géographie – Faculté des lettres et des sciences humaines – USJ

Print Friendly

UIR Mémoire

Copyright © UIR Mémoire.